Escale éphémère : PRG

Mis à jour : févr. 8


Envie de changer d'air et de soleil, nous avions prévu de descendre au sud quelques jours. Après avoir vu la météo et constaté qu'il pleuvait partout où nous voulions aller, nous avons réservé des billets pour un endroit où il ferrait beau : Prague. C'est parti pour la découverte de cette jolie ville !

La vieille ville de Prague

En réservant autant à la dernière minute notre voyage, nous n'avions pas vraiment d'idées préconçues ou d'a priori. C'est avec surprise que nous avons découvert une ville vraiment très jolie. Les bâtiments sont pour la plupart travaillés, décorés, avec de jolies couleurs.

Une de nos occupations favorites dans les villes consiste à marcher d'un point à l'autre de ce que nous voulons découvrir. Se perdre et profiter de l'ambiance est une des meilleures façons de visiter une ville ! C'est ce que nous avons fait après avoir noté sur le plan de l'hôtel les endroits qui nous semblaient intéressants.

Prague propose à ses visiteurs une carte qui permet de visiter gratuitement ou à prix réduit un grand nombre de bâtiments, musées et de prendre les transports publics gratuitement. Étant arrivé au milieu de journée, nous l'avons prise que pour les jours suivants. Une des raisons qui nous a convaincu, était le téléphérique, Christophe étant un fan de transports en tout genre.

La carte est 58€ pour deux jours. Elle est rentable si vous prévoyez de visiter plusieurs musées et de prendre les transports en commun. Pour savoir si vous en avez besoin, il suffit de calculer d'après la liste des musées que vous souhaitez visiter, si la somme des entrées de ceux-ci dépassent ou non le prix de la carte.

Pour notre part, nous aurions dépensé 50€ avec les visites prévues, mais prendre la carte nous a permis de ne pas réfléchir et sauter dans un ou deux trams. Ce calcul est bien sûr sans compter le funiculaire qui n'était pas en fonction, et ce dont personne ne nous a rien dit. Même à l'achat de la Prague Card quand on s'est renseignés s'il celui-ci était inclus.

Les jolies maisons de Prague

Staroměstské náměstí ou la place de la vieille ville

Staroměstské náměstí ou la place de la vieille ville

Les jolies maisons de Prague

Kostel svatého Mikuláše ou l'église Saint-Nicolas

Statue proche de l'église Saint-Nicolas

Passage pour le tram sur la rue Letenská

Jardin Wallensatein ou Valdštejnská zahrada

Par hasard en se promenant, nous longeons de hauts murs un peu austère, puis tombons sur cette magnifique porte. Ni une, ni deux, notre curiosité est éveillée ! Une fois la porte franchie, nous découvrons un magnifique jardin dans lequel nous flânons un peu.

Les jardins sont habiter par des paons, dont certains entièrement blancs qui apportent un air de majesté à ces lieux. Le Palais Wallenstein est un bâtiment superbe, dont le plafond est entièrement orné de peinture. Celui-ci abrite le Sénat tchèque. Sur la gauche de celui-ci, on retrouve notre grand mur, que nous avons longé depuis l'extérieur. On dirait une glycine géante sur toute la paroi. En s'approchant, on constate qu'il s'agit de stalactites artificielles. Il a un côté plutôt inquiétant. Il se prolonge jusque dans la cage de deux hiboux, qui peuplent aussi le jardin.

Entrée (ou sur cette photo, sortie) du jardin

La fontaine aux grandes carpes

La fontaine des jardins

Un des paons qui fait le beau

Les jardins Wallenstein

Un des paons qui fait sa sieste

Le plafond du bâtiment du Sénat

Le mur en stalactites et la cage des hiboux

Laissez-moi dormir dans mon massif !

Le pont Saint-Charles et ses alentours

Comment venir à Prague sans entendre parler du pont Saint-Charles ? Impossible ! Ce pont est tellement connu qu'il est impossible de passer à côté. Chaque extrémité du pont est protégé par une tour. Sur le pont, musiciens, saltimbanques et vendeurs ambulants côtoient les touristes.

Les statues du pont sont pour la plupart des copies, les vraies statues ont élu domicile au musée national. Celles-ci sont sur chaque pilier du pont et représente l'histoire de la ville. La plus connue est la statue de Jean Népomucène dont la légende est racontée aux touristes. C'était un prêtre auprès de qui la reine se confessait. Celui-ci n'a pas voulu répéter au roi les paroles de la reine, ce qu'il lui valut d’être assassiné à cet endroit.

Le pont est surpeuplé, en tout cas au mois d'avril. Nous étions surpris par le nombre impressionnant de touristes ! Entre les familles, les voyages d'études, les amis et les couples, ça en fait du monde... D'ailleurs on ne voit pas souvent la rue sur les photos, et ce n'est pas pour rien. ;-)

Vue sur le pont Saint-Charles depuis Mánesův most

Vue sur le Mánesův most depuis le pont Saint-Charles

L'entrée sur le pont avec la tour La statue de Jean Népomucène avec son auréole

Vue sur la Vltava depuis le pont Saint-Charles

Statue sur le pont Saint-Charles avec le Mánesův most derrière

Vue sur le château depuis le pont Saint-Charles de nuit

Architecture à Prague

Prague fut la capitale de la Bohême, nous y avons donc découvert l'art, l'architecture et l'histoire de cette région dont nous ignorions l'existence. Surnommée la ville aux mille tours et mille clochers, Prague a miraculeusement échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Les styles d'architecture sont donc nombreux. On y retrouve les styles préroman, roman, gothique, baroque, rococo, Art nouveau et cubiste.

Le centre ville historique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l'UNESCO et on comprend bien pourquoi avec ses églises, tours, maisons et autres constructions toutes plus belles les unes que les autres.

Vue sur l'Église de Notre-Dame de Týn

Vue sur l'Église de Notre-Dame de Týn et la bâche représentant l'horloge astronomique en rénovation

Maison de la vieille ville

La façade du Hard Rock Café

Jolie maison la Rotunda svatého Kříže Menšího l'hôtel U. Jezulatka le canal dans Kampa Park

Vue sur l'Église St. Francis d'Assissi

Vue sur notre Restaurant de midi l'Altány Kampa

Petřínské sady ou le parc Petřín

Après une amère déception suite à la constatation que le funiculaire ne fonctionne pas (Oui, j'exagère la moindre...), nous montons donc à pied. Le parc est grand et plutôt joli. La vue sur la ville est belle.

D’en bas, on remarque le mur qui serpente le long du parc, il est surnommé le " mur de la faim ". Cette fortification a été construite au 14ème siècle. Nous l'avons longé un bout, mais n'avons pas pu grimper dessus. Il est construit pour renforcer les défenses du Château de Prague. C'est en référence à la famine que cette fortification reçut le nom de Mur de la faim. Une partie des pauvres de la ville trouvèrent dans son édification un moyen de subsistance. La légende dit d'ailleurs que c'est pour venir en aide aux pauvres que le mur a été construit. Mais le véritable motif était stratégique. La famine ne survint qu'après le début de la construction.

La montée nous a pris environ 20 minutes, pour les moins motivés un restaurant est à mi-distance. On vous souhaite surtout pouvoir tester le funiculaire, vous nous en redonnerez des nouvelles !

Une des entrées du Parc et tunnel sous la ligne du funiculaire

Vue sur la ville

Le mur de la faim

Le mur de la faim

La tour de Petřín ou Petřínská rozhledna

La raison de notre montée sur la colline était cette tour en métal au sommet. Quoi de plus joli que de voir la ville depuis le plus haut point d'observation.

Heureusement, on monte dans un escalier et descend dans un autre car ils ne sont vraiment pas larges ! La tour mesure 60 mètres, mais si on compte aussi la colline, elle atteint la hauteur de la tour Eiffel ! ;-) Elle a été construite en 1981 pour l'exposition universelle. Juste à côté de la tour, il y a le stade de Strahov qui est le deuxième stade en nombre de places pour les visiteurs, et le campus universitaire.

Nous ne sommes pas sensible au vertige, mais vu le nombre d'escaliers montés et le vent qui fait légèrement bouger la tour, il vaut mieux ne pas être trop sensibles !

La tour de Petřín

En redescendant par Strahovské nádvoří

Les magnoliaaaaaaas sont en fleuuuurs...

L'église Nanebevzetí Panny Marie Na Strahově

Mignon petit passage

On dirait que ce passage est fait pour moi !

L'église Notre-Dame-de-Laurette ou Svatá chýše hradčanské Lorety

Shooting photo puis visionnage d'un couple en haut des escaliers

Le Palais Schwarzenberg

L'enceinte du château

Après le contrôle à l'entrée de la zone, nous voici dans l'enceinte du château. Nous avions droit au circuit B avec la Prague Card. Il inclut le vieux palais, la basilique Saint-Georges, la ruelle d’or et tour Dalibor (la tour des tortures), la cathédrale Saint-Guy.

Les photos dans le vieux palais royal sont interdites. En me renseignant après coup, il faut une autorisation qui coûte 50CZK. Je ne suis pas certaine que toutes les personnes prenant des photos à l'intérieur avaient acquis ce sésame... Étant respectueuse, je n'ai donc pas de photo de l'intérieur à vous montrer. Bien que la salle principale avec son magnifique parquet m'a fait de l’œil.

La cathédrale Saint-Guy est très grande. Sa taille est sauf erreur comparable à Notre-Dame-de-Paris. Il y a la possibilité de monter dans la tour sud, mais le billet n'est pas compris dans le prix de notre circuit B. De plus nous avons eu notre dose de marche avec la tour Petřín, nous décidons donc de continuer.

Après un croque-monsieur et une bouteille d'eau au Café Gallery, nous entrons dans la ruelle d'or. Ces petites maisons colorées sont charmantes. L'une d'elle fût la maison de Franz Kafka. Actuellement des shops souvenirs et des reconstitutions d'intérieurs d'autre-fois anime les lieux. Il y a un monde fou et les photos sont plutôt difficiles à prendre !

Passage par la tour Dalibor avant de quitter l'enceinte du château. Nous sommes redescendus parmi les vignes. Qui contrairement à notre à priori sont aménagées pour ça. Nous imaginions la descente plus "sauvage" et "nature" mais vu le monde impressionnant, c'est sûrement mieux comme ça!

Le château et ses alentours

Staroměstské náměstí ou la place de la vieille ville pendant une accalmie de touristes

Prague et son coucher de soleil

Un ancien tram

Le quartier juif

Premier essai infructueux pour la visite du cimetière juif, arrivés devant la queue était tellement longue et l'entrée fermait une demi-heure plus tard, nous avons renoncé. La synagogue espagnole quant à elle était ouverte que pour un concert et nous n'avons pas pu entrer.

Qu'à cela ne tienne, le lendemain à 10 heures nous étions sur le pied de grue ! Enfin après un aller retour à l'hôtel car j'avais oublié ma Prague Card...

Le quartier est très joli et des boutiques de luxe côtoient de grandes entrées devant lesquelles sont parquées des voitures onéreuses. Il nous a semblé être dans une partie plutôt riche de la ville. Nous avons aussi croisé un nombre incalculable d'adolescents en voyage d'étude !

La synagogue espagnole nous a laissés bouches bées. Elle est construite dans un style mauresque. La décoration intérieure chargée mais juste magnifique. À sa sortie se trouve la statue de Franz Kafka qui a vécu non loin.

Le cimetière nous a quelque peu surpris. Les tombes semblent désordonnées, serrées voir même empilées. Ce qui s'avère exacte. La place étant limitée et le déterrement des corps inhumés étant proscrit, les tombes furent ainsi serrées, voire empilées sur plusieurs couches. Le nombre exact de pierres tombales et de morts enterrés est imprécis mais il est estimé à douze mille tombes. Les pauvres côtoient les plus riches dans ce lieu de repos éternel. Port de la Kippa obligatoire pour les hommes !

Ruelle du quartier juif

Façades de jolies maisons

La synagogue espagnole

La synagogue espagnole

La statue de Franz Kafka et le cimetière juif

Le cimetière juif

Le cimetière juif

Le cimetière juif

Le cimetière juif

Le cimetière juif

Le métronome et le pont Čechův most

Le Couvent Saint-Agnès de Bohême

L'histoire de cette famille semble plutôt compliquée ! Nous vous épargnerons les détails...

Mais rien que le fait de se promener dans ces murs et de s’imaginer la vie de cette époque était tout à fait grisant. Le bâtiment est bien entretenu est les jardins sont beaux, peuplés de statues étonnantes.

Semblerait-il qu'il y ait à proximité la plus petite maison de Prague, mais nous ne l'avons pas cherchée, nous en avions plein les pattes !

Le Couvent Saint-Agnès de Bohême

Le Couvent Saint-Agnès de Bohême

Le Couvent Saint-Agnès de Bohême

La maison qui danse

Nous l'avions vue sur internet. Elle était notée dans notre plan de l'hôtel. Elle semblait être un haut point d'attraction à Prague. Nous nous y sommes donc rendus. Soit nous ne comprenons pas grand chose à l'architecture, soit nous étions fatigués. Mais nous n'avons pas été transcendés par cette maison.

Située derrière un grand carrefour, avec signalisations routières, lampadaires et voitures en premier plan, vous vous doutez qu'elle n'est pas la plus photogénique ! Nous avons amplement préféré la Vltava !

La Vltava

La Vltava et une de ses écluses

Un bâtiment beaucoup trop joli

La Vltava et le Pont Saint-Charles

Le mur Lennon

Engagé dans la lutte pour la paix, John Lennon s’oppose notamment à la guerre du Vietnam. Des prises de position qui ne lui ont pas fait des amis dans les gouvernements. Malgré qu'il n’ait jamais mis le pied à Prague, il était à l’époque un symbole de liberté et de paix pour les étudiants tchèques, sous régime communiste.

Après son assassinat, apparaît le premier dessin sur le mur. En quelques jours, il devient le support sur lequel les étudiants ont commencé à exprimer leur volonté de paix ainsi que leur révolte contre la guerre et la dictature. D’une vingtaine de mètres de long, le mur Lennon est devenu un symbole de paix et de liberté.

Le pouvoir en place, irrité par ces dessins, les faisait effacer ou repeignait toute la surface du mur. Mais ceci n’a pas empêché les gens d’écrire encore et encore. Le mur a gardé tout son sens et représente donc bien plus qu'un hommage à John Lennon, il incarne aussi la liberté d’expression, l’espoir et les rêves.

C'est étonnant comme un mur avec une histoire aussi chargée que celui-ci devient un support à selfie.

Le mur Lennon

Le mur Lennon et la vérification des selfies

Le Clementinum

Obligation de prendre part à une visite guidée si vous désirez visiter le Clementinum. Il s'agit en fait d'un ancien collège jésuite. Aujourd'hui, il est un immense complexe au cœur de la Vieille Ville, il est composé de la bibliothèque nationale, de deux églises et trois chapelles, de salles d’exposition, de salles de concerts, ainsi que de deux tours dont la tour astronomique.

Les photos sont interdites à l'intérieur du bâtiment et dans la célèbre bibliothèque. On comprend vite pourquoi avec les explications du guide ! Pas question de marcher dans la bibliothèque et le temps d'éclairage nous est compté. Ces restrictions sont mises en place pour préserver au mieux ces anciens ouvrages pour la plupart, unique exemplaire au monde !

La montée dans la tour se fait par les escaliers. Si la première série en colimaçon ne met déjà pas très à l'aise, les anciens escaliers en bois en haut de la tour demande de la concentration... Mais l'arrivée au sommet est magique !

Avec une vue semblable, nous avions l'impression d'être les maîtres de cette tour qui surveillent la ville.

Si jamais l'entrée est dans la rue touristique, faites pas comme nous...

La vue depuis la tour

La vue depuis la tour sur le pont Saint-Charles

La vue depuis la tour sur le château

Les bâtiments du Clementinum

La vue depuis la tour

La vue depuis la tour sur le château


AVRIL 2018

#Escaleéphémère #RépubliqueTchèque #Europe #Prague

NOS DESTINATIONS
  • Instagram Black Round
  • YouTube - Black Circle